Veille

Intelligence artificielle, la Chine et les USA ont déjà pris un avantage décisif

Notre partenaire média, DigitalCMO a relayé une infographie récente réalisée par le Hub Bpi : si l’intelligence artificielle est un marché en pleine progression au niveau mondial, la France semble être en retard par rapport à d’autres pays.

Les principaux analystes estiment que le marché de l’intelligence artificielle devrait atteindre les 11 milliards de dollars en 2024, grâce à une croissance exponentielle (environ +50% entre 2015 et 2020). Un marché promit à une croissance rapide, qui suscite les convoitises de tous les investisseurs. Ainsi, la Chine et les USA ont investi respectivement 5 et 4 milliards de dollars en recherche sur l’IA. Les 2 géants économiques ont semble-t-il choisi de prendre les devant sur la concurrence puisque le 3ème pays, la Corée du Sud, est à moins de 0,9 milliard de dollars d’investissements. L’avance est d’autant plus importante pour les USA que le pays de l’oncle Sam représente à lui seul plus de la moitié des startups mondiales spécialisées en IA (500 sur un total de 900).

En parallèle, on compte près de 200 investisseurs privés dans le monde et là encore, les chinois (Tencent) et les américains (Bloomberg, Samsung, Microsoft Ventures, Intel Capital) sont à pointe avec parmi les plus actifs.
Et la France dans tout ça ?

Si les startups françaises s’appuyant sur des technologies IA ne manquent pas à l’image des jeunes sociétés comme Jam, Julie Desk, ou Wit.AI, la France n’est pas à la pointe dans ce domaine. Il faut dire que l’intelligence artificielle suscite de nombreuses questions dans un pays qui n’a toujours pas trouvé la recette pour abaisser durablement son taux de chômage. L’étude du Hub Bpi révèle ainsi que l’Intelligence Artificielle est perçue comme une « menace pour l’humanité » par 65% des français. Ce taux de réponses n’est que de 22% pour les britanniques et 36% pour les américains. Il faut dire que ce sentiment est alimenté par des projections qui peuvent faire peur au monde du travail. Selon certaines sources la remise en cause de certains métiers par l’apport de l’IA est indéniable. Ainsi, en 2018, 85% des interactions client ne nécessiteraient pas d’intervention humaine, 20% du contenu des entreprises serait généré par une machine, et trois millions de travailleurs pourraient être encadrés par un robot. Donc pour la première fois l’automatisation informatique viendrait se substituer à des métiers qualifiés et des fonctions d’encadrement dans différentes départements des entreprises. Ailleurs le regard n’est pourtant pas le même. Aux Etats-Unis un secteur comme celui de la santé voit dans l’Intelligence Artificielle un moyen de mieux soigner et encadrer les malades tout en diminuant le coût des services proposés. Vu sous cet angle l’intelligence artificielle n’est pas qu’une technologie mais un ensemble de services améliorant la qualité de nombreuses prestations. Une opportunité pour une économie française qui a fait le choix de privilégier les services à l’industrie.

Répondre à notre étude principale