Veille

Julie Desk, l’assistante virtuelle qui mixe intelligence artificielle et opérateurs humains

Julie Desk est une solution d’intelligence artificielle qui s’occupe de gérer votre agenda à votre place. En développant cet assistant virtuel, la startup française a décidé de mixer algorithmes IA avec des opérateurs humains : un choix stratégique fort qui permet d’offrir un service entre la rapidité de la machine et la qualité de l’humain. En attendant peut-être du &00ù algorithmique d’ici quelques années…

En 2013, Julien Hobeika, Nicolas Marlier et Guillaume Michels décident de s’attaquer à l’optimisation des tâches à peu de valeur ajoutée et ciblent la gestion de calendrier. Julie Desk (à l’époque sous le nom de Wepopp) a donc commencé par être une application mobile de prise de rdv. Mais la jeune équipe va rapidement modifier son modèle : « chercher à faire gagner du temps sur la prise de RDV tout en en faisant perdre en forçant à adopter une nouvelle application était contradictoire », affirme ainsi le CEO, Julien Hobeika. Les nouvelles perspectives offertes par l’intelligence artificielle, notamment dans sa compréhension du langage naturel, vont pousser les 3 cofondateurs à simplifier leur service : Julie Desk est donc devenu un assistant virtuel basé sur l’IA, avec lequel on discute par simple envoi d’email.

Un mix entre intelligence artificielle et supervision humaine

Dans les faits, Julie nécessite d’abord d’avoir accès au calendrier de la personne qu’elle va assister : compatible avec Google Calendar, Office 365, Icloud et Exchange, elle va prendre connaissance des habitudes de l’employé (horaires de travail, lieu de déjeuner, déplacements réguliers, etc.) et s’informera sur les adresses sur les adresses importantes, numéros de téléphones, etc. Il suffit par la suite de l’intégrer dans les échanges d’emails pour qu’elle se charge d’organiser la prise de rendez-vous en fonction du calendrier et des habitudes. Pour aller plus loin, Julie peut même prendre en charge la réservation de billets de train (prochainement), de restaurants, etc. L’intérêt de la solution développée par la startup française est dans le fait qu’elle fonctionne en langage naturel, en anglais comme en français. Et plus l’utilisateur communiquera avec elle, plus elle sera performante.
L’IA n’ayant pas atteint la perfection, une équipe, humaine cette fois-ci, supervise en temps réel l’ensemble des messages échangés : un mix intelligence artificielle – opérateurs humains qui est aujourd’hui utilisé par la plupart des prestataires de ce genre de services et qui offre la meilleure garantie. Mais il ne fait aucun doute qu’à terme, l’intervention de l’homme sur Julie Desk se fera de plus en plus rare.

Avec déjà plus de 100 entreprises clientes, la startup vise maintenant le marché anglo-saxon. L’apport des investisseurs va donc servir à accélérer sa commercialisation mais aura aussi pour objectif d’appuyer les développements en IA. « Avec cette nouvelle levée de fonds, nous allons pouvoir accélérer notre développement et augmenter les performances de Julie :
– Des algorithmes plus puissants, pour doubler ses performances et augmenter son autonomie.
– De nouvelles fonctionnalités, pour répondre aux besoins des grands groupes, avec l’intégration de Skype for Business ou la réservation des billets de train par exemple. », conclut Julien Hobeika.

Répondre à notre étude principale